La sécurisation des vélos : un enjeu majeur en Ile-de-France

Le nombre de cyclistes a fait un bond dans l’hexagone en 2020, et particulièrement dans la capitale où la part de déplacements en vélo a atteint le même niveau que celle des déplacements en voiture sur le mois de septembre. Cependant, 80 000 personnes renoncent chaque année à la pratique du vélo à cause d’un phénomène majeur : le vol.

Des solutions existent et des mesures sont mises en place pour lutter contre ce fléau et permettre d’effectuer ses déplacements à vélo plus sereinement.

Le marquage de vélos

Comment savoir lorsque j’achète d’occasion qu’il ne s’agit pas d’un vélo volé ? Si le vélo que l’on m’a volé est retrouvé, comment savoir qu’il s’agit du mien et me le restituer ?

Depuis le 1er janvier, les vélos neufs doivent faire l’objet d’un marquage. Cette obligation s’étend aux vélos d’occasion à partir du 1er juillet 2021. Le numéro d’identification est inscrit sur le cadre du vélo et dans la base de données des opérateurs agréés afin de pouvoir identifier et contacter le propriétaire lorsque le vélo est retrouvé. En effet, faute de pouvoir les identifier, seuls 2 à 3% des propriétaires se voient restituer leur vélo lorsque celui-ci est retrouvé.

Ce système fait ses effets dans plusieurs pays d’Europe, comme au Danemark où il permet d’augmenter de 40% les chances de récupérer son vélo à la suite d’un vol.

Vélo rose attaché avec un cadenas antivol dans Paris
Chaque année, plus de 400 000 vélos sont dérobés en France

Les stationnements sécurisés

Tout cycliste s’est déjà posé la question : où garer son vélo pour limiter les risques de vol ?

Pour soutenir la pratique du vélo de façon plus sereine, la Ville de Paris développe des vélostations : des parkings vélos surveillés et sécurisés, avec un abonnement (au choix : 10€ par mois, 25€ par trimestre ou 75€ par an), ouverts 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Pour l’instant ces vélostations sont uniquement implantées près des gares de Lyon et de Montparnasse, mais d’autres sont à l’étude.

De nombreux abris vélos sont également disponibles pour garer son vélo en sécurité à Paris. Ces infrastructures sont idéales pour celles et ceux qui effectuent un même trajet régulièrement, notamment pour la pratique du vélotaf.

Vélostation de la Gare de Lyon
Vélostation de 200 places près de la Gare de Lyon © Christophe Belin / Ville de Paris

Choisir un bon antivol

Le choix d’un antivol a une importance majeure pour la sécurité et bien s’équiper à vélo.

Plusieurs indicateurs du niveau de sécurisation permettent de bien sélectionner son antivol :

  • « 1 roue » (résistance aux effractions avec des outils discrets, de dimensions inférieures à 30 cm) ou « 2 roues » (résistance à des outils plus agressifs mais moins discrets, dimensions inférieures à 75 cm)
  • Note sur 10, 15 ou 20 (selon les constructeurs)

A clés ou à codes, plusieurs types d’antivols sont couramment utilisés :

  • Les antivols en U : leur composition en acier et leur robustesse assurent le niveau de sécurité le plus élevé
  • Les antivols articulés : bonne alternative à l’antivol en U, ils assurent un excellent niveau de sécurité et offrent une facilité de rangement
  • Les chaines : d’une plus grande longueur, ces antivols facilitent la fixation à tout type d’endroit et d’objet (exemple : poteaux, accrochage de plusieurs vélos …)
  • Les antivols à câble : petits, faciles à transporter mais assurant un très faible niveau de sécurité

Il est important de souligner qu’aucun antivol n’est inviolable, mais choisir un antivol à haut niveau de sécurité dissuadera et retardera davantage une tentative de vol.