La crise sanitaire du Covid-19 et le déconfinement ont fait exploser la demande en termes de mobilité douce. En effet, les Franciliens se sont davantage tournés vers le vélo et plus particulièrement les Vélib’ pour leurs déplacements quotidiens.

Stéphane Volant, le nouveau président de Smovengo, évoque la nécessaire adaptation de la flotte à la forte demande, et les enjeux auxquels les décideurs publics et l’opérateur seront confrontés pour répondre à ce que seront les besoins de mobilité dans les années à venir. 

Un système de vélos partagés performant

Fruit « d’une incroyable logistique qui est au cœur des savoir-faire de Smovengo », le réseau métropolitain de vélos en libre-service Vélib’ compte aujourd’hui plus de 400 000 abonnés et 20 000 vélos en circulation, dont 37 % à assistance électrique. Les vélos en libre-service sont répartis au sein des 1 400 stations prévues dans le contrat entre l’opérateur Smovengo et le Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole. Depuis début septembre 2020, plus de 200 000 courses sont effectuées chaque jour. En pleine crise sanitaire, le vélo connaît donc un nouveau souffle qui va transformer le monde de l’après-Covid-19.

Accroître la qualité de service

Pour Smovengo, répondre à la demande actuelle implique de reconsidérer la taille de la flotte pour atteindre une qualité de service à la hauteur des attentes des clients. Les Vélib’ doivent ainsi être présents en nombre et fonctionnels : aujourd’hui l’opérateur propose 20 000 vélos en libre-service, soit plus que prévu dans le contrat initial signé en 2018.

En outre, Smovengo est dans une démarche d’amélioration continue de ses équipements afin que les vélos soient toujours plus confortables, légers et durables. Un travail de fond a ainsi été réalisé pour optimiser les freins, les pneus et la selle par exemple. C’est le Syndicat Autolib’ et Vélib’ Métropole qui est garant des indicateurs de qualité de service, de sorte qu’elle soit conforme au contrat fixé entre les deux parties prenantes.

Pour l’opérateur de Vélib’, l’affluence quotidienne croissante et le nombre d’abonnés record traduisent la performance du système Vélib’ et indiquent que le service gagne en fiabilité.

Une révolution des mobilités ?

Les ambitions de Smovengo s’inscrivent sur le long terme. Selon Stéphane Volant, on assiste à une révolution des mobilités, c’est-à-dire un changement dans les usages de transports. Les modes de mobilités douces répondent aux nouvelles exigences de déplacements des citadins.

Or, le contexte était tout autre au moment de la définition du service entre les deux acteurs du transport durable Smovengo et le Syndicat Autolib’ et Vélib’ Métropole. Cette révolution imprévisible des usages implique donc de réajuster le service à la hausse pour s’aligner sur les exigences des clients d’aujourd’hui et de demain.

Conclusion

Smovengo poursuit actuellement son rôle de partenaire de la Ville et conseille les élus sur l’avenir du transport durable. Quant aux équipes de l’opérateur, elles travaillent déjà à façonner le vélo de demain pour répondre aux nouveaux besoins de mobilité des usagers.