Quelles sont les nouvelles mobilités en Île-de-France ?

En 2020, la Région Île-de-France fait de l’écologie et de la solidarité ses priorités. En effet, cette dernière investit dans les transports et le développement des mobilités douces pour accompagner tous les usagers du territoire francilien. Dans cet article, nous faisons le point sur les innovations en termes de mobilités proposées par la Région Île-de-France.

Les innovations pour vos déplacements en Île-de-France

La mobilité en Île-de-France évolue en 2020 dans Paris et la petite couronne :

Ouverture de la ligne du tram 9 fin 2020

La ligne de tramway 9 reliera Paris-Orly à la fin de l’année 2020, facilitant ainsi la connexion entre Paris et les villes du Val-de-Marne. Par ailleurs, plusieurs lignes de bus seront en correspondance avec le T9.

Prolongement de la ligne de métro 14

Cette ligne automatisée sera prolongée jusqu’à Saint-Ouen et pourra accueillir 40 000 voyageurs supplémentaires aux heures de pointe en desservant quatre nouvelles stations jusqu’à la mairie de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis.

Développement des bus électriques et des rames du RER

En 2020, la RATP prévoit de mettre en circulation 150 nouveaux bus électriques et 31 nouvelles rames sur le RER B avec des trains plus vastes et plus éclairés.

Favoriser la pratique du vélo

Depuis 4 ans, plus de 200 millions d’euros ont été investis par Île-de-France Mobilités et la Région Île-de-France pour encourager les usagers à prendre le vélo au quotidien. En 2020, de nouvelles mesures sont mises en place :

  • développement du service de location longue durée de Vélos à Assistance Électrique (VAE) Véligo Location, avec 15 000 Véligo Location disponibles fin 2020,
  • lancement de 500 vélos cargos à assistance électrique (VCAE) en 2020,
  • prime à l’achat d’Île-de-France Mobilités pouvant aller jusqu’à 500 € pour un VAE ou pour un vélo cargo sans assistance électrique et jusqu’à 600 € pour un vélo cargo avec assistance électrique,
  • gratuité du stationnement dans les Parkings Vélos Île-de-France Mobilités pour les abonnés Navigo Annuel, Imagine R et tarification Senior.

Réduire l’utilisation de la voiture individuelle avec l’autopartage

Cette nouvelle mobilité participe à réduire l’usage de la voiture en ville. En effet, selon Île-de-France Mobilité, une voiture en autopartage remplace 8 à 10 voitures personnelles et favorise l’utilisation de véhicules « propres ».

Désengorger le trafic urbain avec le covoiturage

Le covoiturage est un moyen efficace de désengorger les grands axes urbains. On compte en effet 16 millions de trajets quotidiens sur les routes en Île-de-France et 250 kilomètres de bouchons chaque jour. Depuis le 1er mai 2019, Île-de-France Mobilités développe un partenariat avec les services de covoiturage BlaBlaLines, Covoit’ici, Karos, Klaxit, OuiHop et rémunère les conducteurs qui utilisent l’une de ces applis. Les trajets du passager sont gratuits s’il est détenteur d’un pass Navigo et s’il les réserve via l’application partenaire Vianavigo, une application qui réunit les trajets disponibles de tous les partenaires.

Ce qui change avec la Loi Mobilité

La Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) promulguée en décembre 2019 prévoit différentes mesures environnementales pour favoriser le développement des nouvelles mobilités en IDF.

Le forfait mobilité durable

Le forfait mobilité durable propose aux employeurs de rembourser à leurs salariés un montant maximal de 400 euros par an — exonéré de charges sociales et fiscales — afin d’encourager les salariés à utiliser un mode de mobilité douce pour leurs déplacements domicile-travail comme le vélo, le covoiturage, les trottinettes ou scooters en free-floating. Si le salarié fait l’achat d’un vélo personnel, l’employeur peut également lui proposer un remboursement.

Des restrictions systématiques pour les automobilistes

La Loi d’Orientation des Mobilités prévoit notamment la limitation de la circulation des véhicules les plus polluants dans les zones à faibles émissions (ZFE), des restrictions de circulation en cas de pic de pollution, la fin de la vente de véhicules neufs essence et diesel ainsi que la limitation de vitesse à 80 km/h.

Plus de sécurité pour les cyclistes

La LOM permet de généraliser la formation à l’apprentissage du vélo dans les écoles. Pour garantir la sécurité des cyclistes sur la route, elle impose aux poids lourds de signaler leurs angles morts. Cette loi favorise le développement d’itinéraires cyclables ainsi que le transport de vélo dans les trains et les cars. Également, le marquage des vélos sera désormais obligatoire en 2021 afin de lutter contre les vols.

Covid-19 : les avantages des nouvelles mobilités

Avec l’épidémie de Covid-19, la mobilité en Île-de-France se transforme et permet de réguler les flux de voyageurs. Les habitudes des usagers sont en effet amenées à évoluer, notamment par le biais de l’encouragement financier créé par la Loi d’Orientation des Mobilités. La Région développe par ailleurs des pistes cyclables et des voies réservées au covoiturage dans le but de limiter la congestion du trafic. Ainsi, les modes de mobilité douce permettent de lutter contre la propagation du virus en employant un moyen de transport respectueux de l’environnement comme le vélo, le skate, la trottinette ou encore la marche à pied.

Conclusion

Se déplacer de façon confortable, sûre, écologique et accessible est l’enjeu principal de la mobilité en Île-de-France. Il s’agit donc de repenser les déplacements quotidiens et de mettre en place de nouvelles mobilités comme le covoiturage, l’autopartage, le vélo, la trottinette pour les intégrer dans un réseau de transport cohérent et ainsi mieux desservir l’ensemble de la Région.

Pour aller plus loin :
Île de France Mobilités, « Les services de mobilité », dernière consultation en octobre 2020
Île de France Mobilités, « La révolution des transports en Île-de-France », 2017
Service Public, « Voitures, vélos, transports en commun… : ce qui va changer avec la loi mobilités », janvier 2020